dimanche 19 juillet 2020

Cathédrale de Nantes : l’Institut Culturel de Bretagne appelle aux dons pour sa restauration



La cathédrale St Pierre et St Paul de Nantes vient de subir un nouvel incendie qui a détruit, notamment, l’orgue de 1621 et les vitraux de 1498 .

Ce magnifique édifice gothique, l’une des 9 cathédrales de Bretagne, centre spirituel majeur, est aussi un des hauts lieux de l’histoire de la Bretagne. C’est sous l’impulsion de Jean V, Duc de Bretagne, que les travaux débutent en 1434 ; c’est aussi l’écrin où l’on peut admirer le magnifique tombeau de François II et Marguerite de Foix, Duc et Duchesse de Bretagne.

Les vitraux détruits avaient été offerts par Anne de Bretagne et représentaient sa mère Marguerite de Foix avec Ste Marie-Madeleine et Anne de Bretagne avec Ste Anne. Ils représentaient un témoignage extraordinaire de la dernière Duchesse souveraine de Bretagne.

L’orgue construit en 1621 par Girardet était un instrument majestueux et l’un des plus beaux de Bretagne.


L'Institut Culturel de Bretagne a décidé de participer à la restauration de la cathédrale de Nantes en lançant une campagne pour recueillir des dons qui seront reversés intégralement à l'organisme en charge des travaux de restauration et ceci plus particulièrement pour les vitraux que l’Institut souhaite voir recréés à l’identique vu leur valeur symbolique et historique.

Les dons peuvent êtres adressés à Institut Culturel de Bretagne, 3 rue de la Loi, 56000 Vannes en précisant « Cathédrale de Nantes » ou être versés directement en ligne sur wwwhelloasso.com ,rubrique Cathédrale de Nantes.

Pour tout renseignement : 06 09 71 01 91


jeudi 9 juillet 2020

« La Fête des Cornemuses 2020 » Un concert unique à Lorient !


Du 7 au 16 Août 2020 nous aurions dû célébrer la 50 e édition du Festival Interceltique de Lorient, « Année de la Bretagne », et un demi siècle d’ interceltisme contemporain.

En effet, 50 années se sont écoulées entre l’arrivée précipitée à Lorient du Championnat national des bagadoù en 1971 et l’édition 2020 année de la Bretagne En cinq décennies la Fête des Cornemuses, associée au premier championnat lorientais, est devenu l’actuel Festival Interceltique, le phare de la celtitude planétaire contemporaine, créatrice et cosmopolite.
L’impact de la pandémie Covid 19 et les mesures de protection établies pour contraindre cette crise sanitaire, nous a obligé au report de l’édition à 2021 Notre programmation pléthorique, en grande partie dévoilée au moment de l’annonce du report, est en conséquence transférée à l’année prochaine.

Pour la première fois depuis sa création le Festival Interceltique de Lorient n’aura pas lieu, et donc la ville de Lorient, la Bretagne et toute la celtitude étaient confrontées à un grand vide.

Cependant et à mesure que les conditions du déconfinement ont permis l’autorisation de certaines manifestations, sous des conditions sanitaires très précises, nous nous sommes décidés à préparer un concert unique pour rappeler que le FIL est toujours là et que nous travaillons avec énergie, détermination et enthousiasme pour que la célébration des 50 ans du Festival en 2021 soit une grande fête.


 La Ville de Lorient et son territoire peuvent compter sur nous pour consolider leur attractivité. Nous sommes heureux quand les visiteurs et les lorientais vivent avec passion et convivialité nos festivités interceltiques etnous les accueillerons toujours à bras ouverts.

En conséquence, nous avons organisé, en accord avec les autorités, l’accompagnement de la municipalité et la coopération chaleureuse de Sonerion – la fédération des sonneurs bretons - un grand concert de bagadoù au stade du Moustoir le 8 Août à partir de 18 heures. A l’affiche 4 bagad de haut niveau : le Bagad Quimper, le plus titré de Bretagne, Cap Caval, le bagad qui a remporté la plupart des championnats depuis une dizaine d’années, le Bagad Ronsed Mor de Locoal Mendon et le Bagad de Lorient. Pendant plus de 2 heures, nous allons proposer une carte blanche pour une grande fête, et un rappel à nos origines, l’arrivée du championnat des bagadoù à Lorient en 1971, d’où le titre du concert : « La Fête des Cornemuses 2020 ».

Nous souhaitons que la fête soit belle, que vous veniez nombreux et que nous puissions nous rencontrer pour célébrer la Bretagne vivante et la celtitude à Lorient, la capitale interceltique.

 Billetterie
Tarif unique 16 € ( dont 1 € de frais de gestion) - Gratuit pour les enfants de – 7 ans.
Billets en vente uniquement via la billetterie en ligne du FIL, à compter du vendredi 10 juillet, 12h.
Commande limitée à 10 billets maximum par commande.

Infos pratiques
Chaque groupe sera séparé par un siège dans le stade.
Port du masque obligatoire pour toutes les personnes de plus de 11 ans, dans tous les espaces de déambulation, y compris aux entrées du stade.

Ouverture des portes à 16h30. Début du concert à 18h00.

Des informations complémentaires pourront être communiquées sur les mesures sanitaires avant la date du 8 août afin de préparer la venue des festivaliers en toute sécurité.

Communiqué Festival Interceltique de Lorient.

Photo JYLT


mardi 19 mai 2020

Gouel Erwan laouen d'an holl !

Gouel Breizh, Brittany’s Day, Gouel Erwan laouen d’an holl, Bonne et heureuse St Yves (malgré tout) à tous les habitants de la Bretagne et aux Bretons du monde entier !


L’image contient peut-être : 1 personne, debout, ciel et plein air
 (Détail du calvaire de Bulat Pestivien).








samedi 28 mars 2020

Colette Guillou 1925 - 2020

 L’image contient peut-être : 2 personnes, personnes debout et enfant


Lorient - Concarneau - Vendôme - St Aubin de Médoc

Nous avons la tristesse de vous annoncer le décès de Mme Colette Guillou, née Poirier, à l'âge de 95 ans
de la part
de ses enfants et de leurs conjoints
Genevève et Joël Herpin
Roland et Yassine Guillou
Pascale et Jacques-Yves Le Touze
de ses petits enfants
Edern et Lena


La cérémonie religieuse aura lieu dans la plus stricte intimité le mercredi 1er avril, à 10h30, en l'église du Sacré Coeur du Moustoir, à Lorient, suivie de l'inhumation au cimetière du Carnel à Lorient.

Dans le contexte, ni fleurs, ni couronnes.
Un hommage lui sera rendu ultérieurement.


An Oriant - Konk Kerne - Vendôme - St Aubin de Médoc

Glac'haret ez omp o kemenn deoc'h tremenvan an itron Colette Guillou (ganet Poirier) hag ez eo aet d'an anaon d'an oad a 95 bloaz.

An obidoù kristen a vo lidet gant ar familh hepken d'ar merc'her 1tañ a viz Ebrel, da 10 eur hanter, e Iliz Kalon Sakr ar Voustoer en Oriant. Lakaet e vo en douar e bered ar C'harnel.
Er mare-mañ ne c'heller ket kinnig bleunioù. Ul lid-koun a vo aozet goude.

He bugale hag o far :
Geneviève ha Joël Herpin
Roland ha Yassine Guillou,
Pascale ha Jakez an Touz,
hag he bugale bihan Edern ha Lena

jeudi 26 mars 2020

La honte .....

Deux religieuses de la congrégation de Kermaria, à Plumelin (Morbihan) sont décédées du coronavirus, dix-huit autres présentent des symptômes. Depuis le lundi 9 mars 2020, une unité de confinement a été créée au sein même de la congrégation.


En lisant l'article ci-dessous où l'on apprend que 145 religieuses étaient confinées depuis le ...... 8 mars et que, bien sûr, aucune n'est sortie pour voter ....et ce n'est qu'un exemple parmi bien d'autres.... je n'en reviens toujours pas que le premier tour des élections municipales ait pu être organisé le ... 15 mars .... C'est complètement irresponsable en fait .... Le pire finalement, c'est que ça ne paraît qu'une petite chose par rapport à la désorganisation constatée de la machine étatique devant cette pandémie .... Sidérant .... le pays où la couverture sociale et la santé coûtent un bras à tout le monde est incapable de fournir le matériel minimum pour sauvegarder sa population ..... Je parle rarement de questions personnelles ici mais au moment où un membre de ma famille est entre la vie et la mort, on a appris que dans cet établissement lorientais accueillant plusieurs dizaines de patients, seuls 3 tests de dépistage ont pu être fait par manque de kits et de réactifs .... conclusion.... impossible d'isoler les porteurs et le virus a eu tout son temps pour se répandre... solution .... on enferme tout le monde ensemble personnes saines et porteurs du virus .... et ne parlons pas du manque d’oxygène... du refus d’accueil en hôpital.... Je ne remets pas en cause le dévouement du personnel qui risque sa vie mais le manque de moyens criant .... Dans un pays qui se targue d'être le meilleur en la matière ? C'est une grosse et très triste plaisanterie . Alors , oui, on peut vraiment se demander où sont passés les moyens financiers dégagés par les cotisations et autres impôts ?? Et qu'on nous explique la différence de résultats entre l'Allemagne et la France ?? Juste pour sourire tristement, il y a 10 jours, les politiques et medias français traitaient par le mépris ces pauvres Italiens .... accusant la régionalisation d'être à l'origine de tous leurs maux .... ou encore Libé qui accusait le fédéralisme allemand d'être un propagateur du virus .... et le centralisme à la française, il en est où ? à la ramasse .... et on le paie cash .... Ah c'est beau tous ces énarques et hauts fonctionnaires qui nous font la leçon toute la journée, toute l'année , comme quoi on a de la chance de vivre dans un pays super administré .... Ah oui ? une majorité d'incapables on dirait plutôt, englués qu'ils sont dans leurs conservatismes et leurs certitudes idéologiques "ça marche, ça va marcher puisqu'on est les meilleurs" .... Vous avez vu leur "hôpital de campagne", on se croirait dans la série MASH !!! Oui, je suis en colère car leur impéritie hautaine va nous coûter très cher humainement parlant .



Coronavirus. Deux religieuses décédées, 18 malades dans une congrégation du Morbihan

lundi 24 juin 2019

Notre-Dame de Paris, le million morbihannais mal placé


 Il est quand même très surprenant de voir une collectivité comme le Conseil départemental du Morbihan voter une aide d’un million d’euros pour la reconstruction de la cathédrale Notre-Dame de Paris , surprenant quand l’on connait l’état d’une bonne partie du patrimoine religieux morbihannais, surprenant quand l’on comprend qu’il s’agit plus d’une posture politicienne qui rappelle l’époque du “don gratuit” exigé de la Bretagne par Paris sous l’Ancien Régime....
Mais ce qui est le plus surprenant et le plus décevant, c’est que le Conseil départemental du Morbihan n’ait pas suivi le Conseil régional de Bretagne qui, quelques heures auparavant, avait lui aussi voté une aide d’un million d’euros mais au bénéfice des métiers d’art et de rénovation des monuments historiques présents en Bretagne afin de les renforcer et de les mettre en capacité de répondre aux appels d’offres que nécessitera la reconstruction de la cathédrale parisienne.
Ce qui aurait été adéquat de la part du Conseil départemental morbihannais, c’est d’aller dans le même sens que la Région en renforçant le soutien aux métiers d’art concernés et non de signer un simple chèque. C’est vraiment une erreur regrettable.

vendredi 24 mai 2019

Dimanche, votons pour l'Europe et contre les populistes aux discours mortifères



Breton et Européen, Européen et Breton... et nécessairement démocrate....

Ces 3 termes pour moi sont liés de façon indéfectible . Je suis profondément démocrate, passionnément breton car démocrate, profondément européen parce que breton, parce que démocrate.....

Les vents mauvais qui soufflent sur notre continent attisés par des autocrates jaloux de notre civilisation européenne, par des présidents ennuyés de notre puissance économique sont relayés par des forces hostiles à la fois à la construction européenne mais aussi à l'existence même de nos nations sans état. 

Certes, la situation actuelle est loin d'être parfaite, très loin même avec cet état français qui nie notre propre existence en tant que peuple, en tant que nation, mais le danger est encore plus important avec la montée de ces populistes de tout poil à travers l'Europe. Savez-vous que dans le programme de Nigel Farage, le leader du Brexit Party, il y a la suppression du parlement gallois ?? 

Derrière cette haine de l'Europe se cache le pire nationalisme qu'il soit . Alors, oui l'Union européenne actuelle est loin d'être parfaite, mais non, l'avenir de la Bretagne ne passe pas par ces hyper-nationalistes franchouillards de droite ou de gauche qui veulent nous ramener au XIXème siècle , XIXème siècle qui a coûté si cher à nous Bretons et à de nombreux peuples à travers l'Europe (et le monde ). 

Dimanche, votons pour l'Europe et contre les populistes aux discours mortifères.Démocrate, Breton, Européen. Et vous avez le choix entre plusieurs listes selon votre propre sensibilité.

jeudi 9 mai 2019

19 mai : un spectacle à ne pas manquer, Le Dragon et l’Hermine


Organisé dans le cadre de la Fête de la Bretagne par Kanomp Breizh et l’Orchestre des Pompiers du Morbihan sous l’égide du Comité Bro Gozh et avec le soutien de la Ville de Ploemeur, à la salle de l’Océanis à Ploemeur, le dimanche 19 mai, jour de la St Yves, à 17h.

L’Ensemble Choral de Bretagne (120 chanteurs et 9 musiciens dirigés par Jean-Marie Airault) et l’Orchestre des Pompiers du Morbihan (60 musiciens et un bagad de sapeurs-pompiers de 10 musiciens) proposent un spectacle de musiques venues du Pays de Galles pour célébrer les liens ancestraux entre la Bretagne et le Pays de Galles.

Ce voyage musical sera présenté par le poète brito-gallois Aneirin Karadog.
En première partie, la cantate An Aval hag ar C’haliz.

Ensuite, l’orchestre et le bagad des pompiers du Morbihan présentent les grands airs classiques qui savent émouvoir et provoquer le frisson.

Pour le final commun, l’orchestre d’harmonie, très proche de la forme des harmonies du Pays de Galles, présente un répertoire composé de chorals gallois repris par le chœur.

Le concert se terminera par l’interprétation en commun du Bro Gozh, l’hymne national de la Bretagne qui est aussi celui du Pays de Galles.

Lieu: L’Océanis, Ploemeur
Heure: 17h, dimanche 19 mai
Tarifs :
Plein tarif : 13 €
Tarif réduit : 10 €
8-15 ans : 6 €
Réservations:
– auprès de l’accueil de l’Océanis, la librairie Sillages, FNAC, Carrefour, Leclerc, etc.
– sur Ticketmaster
– sur Francebillet

dimanche 7 avril 2019

Quand la Bretagne inspirait les peintres irlandais

Comme indiqué précédemment, la Bretagne a accueilli de très nombreux artistes entre les années 1880 et 1910, dont des Irlandais.

Et l'on retrouve un certain nombre de leurs toiles actuellement à Dublin tant dans des institutions publiques comme la National Gallery ou des collections privées comme celle de l'Hôtel The Merrion.

Je vous propose ici non un recensement exhaustif des peintures d'inspiration bretonne de Dublin mais une promenade à travers quelques exemples. (qualité photographique moyenne, désolé !)

Portrait d'une Bretonne, par Roderic O'Conor, Collection The Merrion


 Roderic O'Connor, originaire de Roscommon, est sans doute le peintre irlandais le plus connu pour son inspiration bretonne. Ami de Paul Gauguin, il vint à Pont-Aven de nombreuses fois entre 1892 et 1904. Pour l'anecdote, c'est grâce à lui que la coiffe de Pont-Aven s'est retrouvé sur un timbre de la poste irlandaise....






A Convent Garden, Brittany, 1913, William Leech, National Gallery of Ireland


 William Leech (1881-1968) , né à Dublin, se passionna pour le port de Concarneau et y épousa d'ailleurs sa première femme, Elisabeth Saurin. Ce tableau représente une novice ( dont sa femme joua le modèle) dans le jardin du couvent et de l'hôpital des Sœurs du Saint-Esprit à Concarneau.
Cette œuvre reflète l'intérêt de William Leech pour la dimension religieuse de la Bretagne. A son retour en Irlande Leech rejoint les cercles artistiques de Dublin où il se lia d'amitié avec Jack Yeats ou encore la Comtesse Markievicz (qui devint l'une des figures du soulèvement de Pâques 1916).

The sunshade, 1913, William Leech, National Gallery of Ireland



Autre toile de William Leech peinte à Concarneau.

The Apple Gathering, 1883, Walter Osborne, Collection National Gallery of Ireland

Walter Osborne, originaire de Rathmine, près de Dublin (1859-1903), après des études artistiques en Irlande et en Flandres, vint travailler à Quimperlé à l'automne 1883 où il réalisa ce célèbre tableau .

The Friends of the Model, 1881, Harry Jones Thaddeus, Collection National Gallery of Ireland
Harry Jones Thaddeus, originaire de Cork ( 1859-1929), fut un portraitiste renommé tant en Irlande qu'en Grande-Bretagne. Ici, il se représente dans le studio qu'il s'est installé dans l'ancienne chapelle de l'hôpital de Concarneau.

The Fisherman's mother, 1892, Helen Mabel Trevor, Collection National Gallery of Ireland

Originaire du County Down, Helen Mabel Trevor ( 1831-1900) vint à plusieurs reprises en Bretagne et notamment à Concarneau entre 1881 et 1898.

Interior of a Church in Brittany, 1879, Aloysius O'Kelly, Collection National Gallery of Ireland.
Né à Dublin, Aloysius O'Kelly (1853-1936) vécut à Concarneau dans les années 1876-1880. Il est aussi connu pour ses travaux sur la situation politique irlandaise de l'époque, son frère étant l'un des amis de Charles Parnell.

The Hôtel Beaumanoir's Portal, Dinan, 1883, Joseph Malachy Kavanagh, Collection National Gallery of Ireland

Originaire de Dublin, Joseph Malachy Kavanagh (1856-1918) vint en Bretagne, sans doute en compagnie de Walter Osborne, et travailla du côté de Quimperlé, Dinan et Pont-Aven.



Et bien évidemment ce tableau de la collection de The Merrion dont j'ai parlé précédemment ici.

Il ne s'agit là que d'une promenade qui m'a permit de découvrir ces œuvres dont certaines très connues. Il est certain que Dublin recèle bien d'autres trésors en lien avec la Bretagne. Le travail de recension reste à faire.

samedi 6 avril 2019

Dublin: une peinture du Faouët encadrée en breton !



"La Bretagne, terre de peintres"..... et chacun de dire que ça fait un peu cliché. Oui et non en fait, tout dépend de la période dont on parle et les années 1880 -1910 ont vu en effet la Bretagne devenir un véritable paradis pour les artistes peintres.

Grâce à cet engouement artistique, la Bretagne se retrouve présente dans la plupart des grands musées d'Europe et d'Amérique du nord.

Dublin, capitale de l'Irlande et à cette époque précise, seconde ville du Royaume-Uni après Londres, ne déroge pas à cette règle et possède de nombreux tableaux en lien avec la Bretagne qu'ils soient exposés dans des lieux publics ou privés.

Je reviendrai prochainement sur ce sujet mais je voudrais dès à présent m'attarder sur le cas d'un tableau en particulier. L’œuvre d'un peintre peu connu, Walter Chetwood Aiken, né en 1866 et disparu en 1899 à l'âge de 33 ans.

Bien qu'il vut le jour à Bristol en Angleterre, sa famille possédait des terres près de Portarlington dans le comté Laois en Irlande. Du fait de sa disparition précoce, peu de choses sont connues à son sujet si ce n'est qu'il étudia à Paris avant de venir en Bretagne dans les années 1890.

Ce tableau, "La Fête de Ste Barbe" (Le Faouët), une de ses peintures bretonnes, fut exposée au Salon de Paris en 1898 et à l'Académie Royale de Londres en 1899, l'année de sa mort. Les œuvres connues de Walter Chetwood Aiken sont très peu nombreuses.

Cette toile combine à la fois une touche impressionniste et une structure complexe. Comme beaucoup d'artistes de cette période, Walter Chetwood Aiken fut attiré par la Bretagne du fait de ses costumes traditionnels et de sa culture singulière comme les pardons.

Particularité rare, son encadrement d'origine est gravé de plusieurs mentions en langue bretonne.



Acheté à une famille du Comté Laois,ce tableau fait désormais partie de la collection privée de l'un des plus beaux hôtels de Dublin, The Merrion. Cette collection est visitable en s'adressant à l'accueil.