vendredi 19 septembre 2008

Merville suite : Carla Bruni-Sarkozy interpellée par le Collectif pour le bilinguisme


La situation à l'école publique de Merville à Lorient n'évoluant pas avec le refus de l'inspection d'académie d'accorder un poste supplémentaire pour l'enseignement bilingue, le Collectif pour le bilinguisme à l'école de Merville a transmis en fin d'après-midi à Mme Carla Bruni-Sarkozy un message des enfants sous forme de video demandant son soutien pour débloquer la situation . Voir la video sur le site de Oui au Breton .

mercredi 17 septembre 2008

111 Bretons des temps modernes





















La parution du beau livre « 111 Bretons des temps modernes » paru aux éditions ArMen avait été, en novembre dernier, un des événements éditoriaux de la fin de l'année 2007 en Bretagne.

Cet ouvrage, préparé sous la conduite de Frank Darcel, réunissait les portraits de 111 personnalités bretonnes, d'origine ou de cœur, vivantes ou disparues, ayant marqué leur époque, dans tous les domaines de l'activité humaine : architectes, peintres, écrivains, industriels, scientifiques, cinéastes, philosophes, auteurs de bandes dessinées, journalistes, grands chefs, défenseurs de l'environnement, etc. Des textes d'auteurs très variés et souvent de haute qualité littéraire venaient accompagner des photographies en noir et blanc, toutes très belles. Ce livre avait connu un beau succès en librairie.

Une exposition reprenant ces photographies vient d'être réalisée et, depuis quelques jours, on peut la voir à la médiathèque de Lorient. Elle sera ensuite présentée à la mairie de Loudéac à partir du 10 octobre, puis, à partir du 7 novembre, à Saint-Brieuc, dans l'agence de la BNP, place Duguesclin, et elle devrait ensuite poursuivre son tour de Bretagne tout au long de l'année 2009.

vendredi 12 septembre 2008

Rentrée catastrophique pour la langue bretonne : que se passe-t-il donc à Lorient ?

Communiqué de Mieux Vivre au Pays de Lorient

Comme nous l'avions prédit au printemps dernier, la rentrée 2008 à Lorient peut être qualifiée de catastrophique en ce qui concerne la langue bretonne.

Dans l'enseignement public, le feuilleton ubuesque de l'école de Merville continue avec le refus de l'administration de prendre en compte les inscriptions en filière bilingue d'une vingtaine d'enfants pour la maternelle et d'une quinzaine d'enfants pour le CP/CE1 malgré le soutien d'associations, de partis politiques et d'élus. Quel est ce système administratif qui ne tient compte ni des élèves, ni des parents, ni des élus ?

Dans l'enseignement catholique, c'est l'administration diocésaine qui ferme la seule filière bilingue lorientaise à Saint-Christophe qui comptait pourtant en 2007-2008 une cinquantaine d'élèves . Pour la première fois depuis 18 ans, l'enseignement catholique n'ouvrira aucune nouvelle filière bilingue cette année en Bretagne et le peu d'intérêt pour l'enseignement bilingue français-breton semble être désormais de mise au sein de l'enseignement catholique breton.

Conclusion : le nombre d'élèves en filière bilingue à Lorient est en forte régression par rapport à la rentrée 2007 .

A la rentrée 2007, sur les sites publics de Nouvelle-Ville et Merville, sur le site Diwan et sur les sites privés de St-Christophe et de St-Jo (collège), le total d'élèves dans les filières bilingues était de 193 élèves ( chiffre déjà en régression par rapport à la rentrée 2006) ; à la rentrée 2008 , sur les sites publics de Nouvelle-Ville et Merville, sur le site Diwan et sur le site privé de St-Jo (collège), le total s'élève pour le moment à 155 élèves, soit une diminution de 38 élèves …..

Pour mémoire, la ville de Lorient était déjà largement à la traîne dans le domaine de l'enseignement bilingue par rapport à la plupart des autres villes bretonnes.

Nous posons donc la question : que se passe-t-il donc à Lorient dont le maire a pourtant signé la charte « Ya d'ar Brezhoneg » ?

pour Mieux Vivre au Pays de Lorient

Daniel Mahé

Commission Langues et Cultures

mardi 9 septembre 2008

Ecosse , le paysage audiovisuel en pleine ébullition



Lancement le 19 septembre de BBC Alba entièrement en gaélique et création sous 4 ans de BBC Scotland

Lors de l'arrivée au pouvoir des nationalistes écossais du SNP , il y a 1 an et demi, l'un des premiers dossiers à être mis en avant fut celui de l'audiovisuel . Jusqu'à aujourd'hui l'Ecosse disposait de chaînes publiques BBC avec des décrochages locaux (comme France 3) et de chaînes privées ITV elles aussi avec des décrochages locaux .

Conscients de l'importance vitale pour le maintien de la langue gaélique de l'existence d'une chaîne de télévision, le gouvernement écossais d'Alex Salmond annonçait dès 2007 la création prochaine d'une chaîne entièrement en gaélique . Malgré les réticences de la BBC et de certains politiques dénonçant le coût d'une telle opération, le dossier a continué à être porté par le gouvernement SNP avec succès puisque le lancement de cette chaîne aura lieu le 19 septembre prochain.

BBC Alba [Voir le site] sera entièrement en gaélique écossais ( langue parlée par moins de 80 000 locuteurs) ; ce sera une chaîne généraliste présentant des programmes produits en grande majorité en Ecosse . C'est aussi la première chaîne à être diffusée par la BBC et gérée en association avec un organisme extérieur, MG Alba (Seirbheis nam Meadhanan Gàidhlig - Gaelic Media Service)



BBC Alba sera diffusée, gratuitement, à travers tout le Royaume-Uni et au-delà ( y compris en Bretagne) par satellite (Sky et Astra) dès le 19 septembre 2008 et à partir de 2010 par voie hertzienne numérique en Ecosse. Les programmes en gaélique actuellement diffusés sur BBC 2 Scotland seront maintenus jusqu'en 2010.

Ses horaires quotidiens de diffusion iront de 16h à minuit.

BBC Alba combinera des programmes de télévision, de radio et internet dans le but de multiplier l'impact de ce nouvel outil audiovisuel auprès du monde artistique, des acteurs économiques et des familles . Il s'agit aussi de dynamiser l'utilisation du gaélique dans l'éducation et la formation continue. Par ailleurs, BBC Alba diffusera plus de 3 heures de programmes hebdomadaires sur le sport écossais, plus particulièrement le football, le rugby et le shinty (jeu traditionnel) avec des sous-titres en anglais, et plusieurs fois par an , des matchs de football en direct. Enfin, la chaîne proposera 30 minutes d'informations quotidiennes en direct.

BBC Alba présentera des programmes (dont 1h30 quotidienne de nouveaux programmes) sur les actualités, la météo, le sport, la fiction, le documentaire, l'éducation, la religion, les enfants, la musique, l'apprentissage du gaélique.

La chaîne disposera de 4 studios à Stornoway (Lewis), Glasgow, Inverness et Portree (Skye) avec une répartition des rôles entre les différents sites : direction à Stornoway, information à Inverness, diffusion à Glasgow.

BBC Alba est financée par MG Alba dotée financièrement par le gouvernement écossais et BBC Scotland. Le budget global pour 2008/2009 est de 15 millions £ soit 18,7 millions € .

Après la chaîne en gallois S4C créée en 1982.. et TG4 , la chaîne en irlandais fondée en 1996, BBC Alba est la troisième chaîne en langue celtique, la Bretagne restant une nouvelle fois à la traîne ( la dernière émission en langue bretonne existant sur Tv Breizh vient d'être supprimée et aucun progrès n'est en vue sur le réseau France3).

Après BBC Alba, BBC Scotland

Mais le gouvernement nationaliste ne s'est pas arrêté là : au début 2008, le Premier Ministre écossais, Alex Salmond, fit un discours très offensif contre la politique de la BBC, accusée de ne laisser aucune place à l'Ecosse, notamment dans les informations. Mr Salmond demandait alors à une nouvelle commission, la Scottish Broadcasting Commission, de préparer un rapport sur la situation de l'audiovisuel en Ecosse .

Au printemps, la direction de la BBC à Londres, face aux critiques combinées des gouvernements gallois et écossais, prenait 2 mesures pour tenter de calmer le jeu : tout journaliste en poste à la BBC de Londres devra désormais avoir été en poste à un moment ou à un autre de sa vie professionnelle au Pays de Galles, en Ecosse ou dans une région anglaise hors de Londres ; d'autre part, les journaux télévisés de la BBC devront désormais comporter à chaque édition un sujet sur l'actualité galloise et un sujet sur l'actualité écossaise.

La Scottish Broadcasting Commission vient de rendre ses conclusions et l'on peut dire que l'Ecosse disposera, sans doute en 2012, de sa propre chaîne autonome BBC Scotland lors de l'arrivée du numérique terrestre en Ecosse.

Il s'agirait d'une chaîne publique financée par le gouvernement écossais avec un budget prévisionnel annuel de 75 millions £, soit autour de 93 millions €.

D'après un sondage commandé par la commission, 82% des Ecossais seraient intéressés par ce type de chaîne.

BBC Scotland proposerait des actualités dont un journal d'une heure consacré aux informations écossaises et internationales, de la fiction, des documentaires, etc..

La détermination des nationalistes écossais et de leur gouvernement sur ces dossiers audiovisuels aura donc été payante ; l'importance sociale, culturelle, linguistique et économique de ces 2 chaînes ne leur a bien évidemment pas échappé.

Pour ce qui est de la situation bretonne et par comparaison (même si les situations sont bien évidemment différentes), le peu d'intérêt du monde politique breton pour cette question audiovisuelle est d'ailleurs assez consternante.

vendredi 5 septembre 2008

Noël : faire du centre de Lorient un lieu de fêtes pour petits et grands


C’en est donc fini de la patinoire de la place Alsace-Lorraine durant les fêtes de fin d’année . Ainsi en ont décidé la mairie et Lorient Cap Commerce .

C’est assez curieux comme décision : prétextant de l’échec des chalets commerciaux, échec largement prévisible vu ce qui y était présenté, on supprime ce qui marchait bien , la patinoire qui devenait un véritable lieu de fête pour les enfants et les parents . Curieux mais gageons que le nouveau Centre commercial Nayel saura reprendre le concept dans les années à venir …..

Donc , nous aurons droit à « Noël enchanteur » : pourquoi pas et ça changera de la démarche purement commerciale des « chalets » . On verra dans quelques semaines l’impact de ce nouveau concept .

Mais parallèlement, il y a une question que je souhaitais poser depuis Noël dernier et cette discussion au Conseil municipal me pousse à la poser aujourd’hui : comment se fait-il que des lieux comme le Grand Théâtre ou le Palais des Congrès, en plein centre-ville, ne proposent pas durant les vacances de fin d’année une programmation festive, populaire et pourquoi pas, gratuite, avec par exemple, la participation des nombreux musiciens et groupes musicaux de Lorient et du Pays de Lorient, de l’école de musique, etc.. ? Le thème de Noël peut être décliné par tous les genres musicaux , du classique aux chorales en passant par le jazz ou le traditionnel ou le rock : pourquoi ne pas mettre en valeur les musiciens et groupes musicaux lorientais à cette occasion ? Ce serait pourtant un moyen de faire du centre ville de Lorient un vrai lieu de fêtes pour les petits et les grands.