vendredi 9 septembre 2011

Eva Joly donne des boutons à Bernard Debré, député UMP de Paris

Les propos d'Eva Joly, candidate écologiste aux prochaines présidentielles françaises, lors de l'Université d'Été de Régions et Peuples Solidaires, continuent d'offusquer un certain nombre de responsables politiques français. Cette fois-ci, c'est Bernard Debré, député UMP de Paris qui publie une lettre ouverte à Eva Joly ciblant les propositions sur les langues minorisées et la place des régions. Quelques extraits : "Madame Eva Joly, Une fois encore, mais nous ne comptons plus, vous avez... dérapé ! Quel besoin aviez-vous d'affirmer qu'il fallait, en France, lutter contre l'hégémonisme de la langue française, qu'il fallait donc redonner vie aux langues régionales ? Quelle idée saugrenue ! Voici Eva-la-rouge qui entend revenir sur 500 ans d'histoire, qui renvoie François 1er raturer l'ordonnance de Villers-Cotterêts (pour votre parfaite mémoire, 1539). Ça n'est pas très sérieux, vous y perdez encore un peu de crédibilité. Mais qui vous conseille ?" Ou encore : "Voici donc la France explosée en régions quasiment autonomes parlant une langue différente les unes des autres. Un train partant de Paris allant en Bretagne (sud) traversant une ou deux régions (la région autonome de Paris, la région autonome des bords de Loire puis la Bretagne) devrait avoir des contrôleurs parlant deux langues (il paraît que le français le plus pur est celui des bords de Loire)." Et aussi : "Madame, ce que vous dites n'a aucun sens et devient même dangereux. Pourquoi en voulez-vous au français ? Par démagogie après avoir passé des vacances où vos voisins de l'île de Groix vous ont initié au breton ?" Pour lire l'ensemble de cette prose , voir ici .

Aucun commentaire: