dimanche 30 octobre 2011

Écosse : la campagne pour l'indépendance est lancée


Petit coup de tonnerre ce dimanche dans le paysage politique écossais : un nouveau sondage place le soutien à l'indépendance à 34 %, soit 6 points de plus depuis le dernier sondage sur cette question, en mai dernier, à la veille des élections qui virent le succès historique du Scottish National Party (SNP) et l'avènement d'une majorité absolue nationaliste au Parlement écossais.

Certes, 34 % ne représente qu'un gros tiers de l'électorat écossais mais la tendance sur plusieurs années est clairement vers une augmentation du soutien à l'option indépendantiste, lentement mais gagnant chaque année, depuis 2008, un ou deux points par an. Alors que certains observateurs pensaient que l'élection d'un gouvernement SNP suffirait à certains secteurs de l'opinion, cette augmentation de 6 % depuis le mois de mai dernier semble au contraire conforter la stratégie d'Alex Salmond de mettre en place une politique pédagogique sur plusieurs années qui serait suivie par l'organisation d'un référendum.

En marge de la Convention du SNP organisée à Inverness du 20 au 23 octobre dernier, les journalistes présents ont pu assister à une présentation par le député Angus Robertson de la campagne que va lancer le SNP pour obtenir une majorité pour l'indépendance au prochain référendum. Considéré comme l'un des meilleurs stratèges politiques de tout le Royaume-Uni (1), Angus Robertson a véritablement « bluffé » son auditoire et les commentaires qui ont suivi dans la presse britannique étaient tout à fait éloquents jusqu'à lire dans The Guardian : « Dans 5 ans, il n'y aura plus d'union » (entre l'Angleterre et l'Écosse).

C'est lors de cette présentation que les observateurs ont constaté que le SNP était prêt à lancer cette grosse machine politique qui devrait aboutir à l'indépendance écossaise : tout est prévu, le financement, le quadrillage des circonscriptions, les slogans, etc. Angus Robertson a résumé cela en quatre phases : galvaniser et motiver les adhérents en organisant des réunions locales ouvertes aux sympathisants ; aller vers les partisans de l'indépendance qui ne sont dans aucun parti politique et vers ceux qui sont membres d'autres mouvements politiques, pour développer une collaboration au niveau local et national ; rencontrer les acteurs de la société écossaise pour les convaincre du bien-fondé de l'indépendance pour l'ensemble des secteurs sociaux, économiques, culturels, etc. ; enfin, un porte à porte généralisé dans toutes les villes, tous les villages dans chaque région pour convaincre un par un les électeurs.

Angus Robertson a, par ailleurs, présenté le document de campagne « Your Scotland, Your Future » qui s'appuie sur un site internet.

Cette préparation du SNP est d'autant plus remarquable que les partis unionistes se trouvent dans des situations difficiles sans leaders, sans stratégies et obligés de « courir après » le SNP, entrant ainsi dans le jeu indépendantiste.

Il n'en reste pas moins que le soutien pour l'indépendance n'est qu'à un niveau de 34 % et qu'il reste au minimum 17 % de l'électorat à encore convaincre. Alex Salmond et Angus Robertson semblent persuadés de pouvoir y arriver dans les deux années à venir.

(1) Le SNP est le seul parti politique du Royaume-Uni à disposer de puissants logiciels pointus et efficaces, Activate lui permettant des analyses extrêmement fines de l'électorat.

À lire une analyse intéressante The Twilight of the British State (Le crépuscule de l'État britannique)

Aucun commentaire: