lundi 30 janvier 2012

Il y a 40 ans, « Bloody Sunday » à Derry

Le 30 janvier 1972 eut lieu un évènement à Derry qui allait changer le cours de l’histoire pour l’Irlande du Nord mais aussi la République d’Irlande et le Royaume-Uni.



Lors d’une manifestation pacifique pour les droits civiques, des soldats de l’armée britannique ouvrirent le feu et tuèrent 14 manifestants. Cet évènement tragique aura plusieurs conséquences : à court et moyen termes, la relance du conflit armé entre les républicains de l’IRA, les troupes britanniques et les groupes armés unionistes mais aussi, petit à petit, sur une vingtaine d’années, la fin des discriminations contre les « catholiques » nationalistes. Un autre évènement, le 10 avril 1998, clôturera en quelque sorte cette période des « troubles », l’Accord du Vendredi Saint signé entre quasiment toutes les parties prenantes au conflit qui mit fin aux activités armées des Républicains, des Britanniques et des Loyalistes en organisant le partage du pouvoir entre nationalistes et unionistes.

Pour en revenir au « Bloody Sunday », le gouvernement britannique a reconnu officiellement lors d’un discours de David Cameron la responsabilité de l’armée britannique mais aucun des soldats concernés n’a pour l’instant été poursuivi, ni condamné, laissant planer un doute sur le niveau des responsabilités au sein de l’armée britannique de l’époque.

Aujourd’hui, l’atmosphère s’est apaisée à Derry, ville en plein renouveau et qui sera la Cité de la Culture en 2013 . Ceci dit, tout est loin d’être réglé et les antagonismes entre les deux communautés sont toujours présents, d’autant que certains tentent de rallumer le conflit avec d’un côté des dissidents républicains n’acceptant pas la voie politique choisie par la majorité des nationalistes, de l’autre des groupes ultra-loyalistes de plus en plus inquiets devant l’évolution démographique de l’Irlande du nord, avec à assez court terme, une majorité d’habitants « catholiques » pour la première fois depuis la partition de 1920. La publication des prochains résultats du recensement seront une sorte de moment de vérité pour les partis unionistes qui craignent de voir le Sinn Fein devenir le premier parti politique d’Irlande du nord.

Il n’en reste pas moins que l’évolution depuis 1972 est assez extraordinaire et il suffit de citer quelques évènements pour en constater l’étendue : le Sinn Fein partage le pouvoir avec les Loyalistes pour gouverner l’Irlande du Nord, la Reine d’Angleterre a été reçu à Dublin et s’est notamment inclinée devant le monument à la mémoire des combattants irlandais morts pour l’indépendance, le Sinn Fein est devenu l’un des principaux partis en République d’Irlande, etc… mais les défis restent importants et redoutables.

2 commentaires:

Yves a dit…

Oui l'évolution est importante et je voudrais juste dire à ceux qui viennent en vacances en Irlande de ne pas hésiter à venir dans le nord et à Derry.
Yves
Rathmullan

VR a dit…

Et il ne faudrait pas oublier non plus que la majorité des Irlandais du sud ne s'intéressent que très peu à la question nord-irlandaise.