mercredi 18 décembre 2013

"Identité apaisée" et en quoi donc ?


En lisant l'article paru ce matin dans Le Télégramme consacré au dernier livre de Jean-Michel Le Boulanger, il m'est venu deux réflexions.

L'auteur de l'article, Alain Le Bloas, note "identité apaisée": je dois avouer que je ne comprends pas ce terme alors que notre identité de Bretons est complètement déséquilibrée avec des éléments constitutifs majeurs en grand danger comme la langue bretonne ne disposant d'aucun statut officiel, la partition du territoire breton avec Nantes subissant une sorte de "gommage" systématique de sa dimension bretonne, ou encore notre histoire qui n'a quasiment aucune place dans l'enseignement primaire et secondaire, sans parler de l'absence de medias audiovisuels dignes de ce nom, etc etc. Je ne vois vraiment pas comment on peut trouver dans tout ça un apaisement si ce n'est celui de la disparition à petit feu.

Ce qui m'amène au second point que j'ai relevé comme quoi nous nous reconnaîtrions bretons, français et républicains . Moi je veux bien qu'on le dise mais là aussi, il y a un peu tromperie sur la marchandise si je puis dire. Les points cités ci-dessus soulignent en fait le manque de reconnaissance par la France et par la République de la dimension bretonne. Dans ces conditions, je ne vois pas comment on peut se reconnaître breton et français et républicain quand les deux derniers termes ne reconnaissent pas le premier et ceci dans le cadre d'une idéologie hostile aux fondements de notre identité bretonne.

Il y a là des contradictions qui ne sont toujours pas résolues ni surmontées.

Pour terminer, tant que les Bretons sentiront toujours le besoin de dire qu'ils sont "bretons mais ouverts sur le monde", "bretons mais humanistes", "bretons mais républicains", c'est que ces contradictions n'auront pas été surmontées et que l'un des "partenaires" de notre identité n'aura pas évolué vers la reconnaissance de ce que nous sommes.

Actuellement , je peux me reconnaître dans une Europe qui prône l'unité dans la diversité mais pas dans une France qui impose son unicité et son indivisibilité y compris à nos dépens .

Voilà quelques réflexions qui me sont venues en buvant mon café :=)))

http://www.letelegramme.fr/ig/generales/regions/bretagne/edition-bretons-l-identite-apaisee-18-12-2013-2341971.php?xtmc=Jean-Michel%20Le%20Boulanger&xtcr=2

Aucun commentaire: