vendredi 31 janvier 2014

Sonenn an tasoù e brezhoneg, Cup Song in Breton.

Setu sonenn tasoù kanet ha sonet get skolajidi 4vet Skolaj Diwan Gwened. La Cup Song chantée par les 4ème du Collège Diwan de Vannes .

dimanche 12 janvier 2014

Nantes: sur les pas d’Anne de Bretagne

A l’occasion du 500e anniversaire de la mort d’Anne de Bretagne et du lancement du timbre consacré à la dernière duchesse souveraine de Bretagne, l’Office du Tourisme de Nantes organisait une visite commentée "Sur les pas d’Anne de Bretagne" le samedi 11 janvier après-midi.
Pascal Cassin.
Pascal Cassin.
Menée et commentée par Pascal Cassin, guide de Nantes Tourisme, cette visite a permis aux 30 participants de découvrir les lieux nantais en lien avec la Duchesse Anne de Bretagne. Du château où est née Anne à la chapelle de l’Immaculée, construite à la demande de François II, son père, puis à la porte St Pierre, magnifique vestige des remparts de Nantes, puis à la cathédrale où plusieurs éléments rappellent le temps de la Bretagne indépendante: la façade bien entendu, les portes en bois du porche principal avec ses inscriptions datant de l’époque de François II, le vitrail entre les deux tours où l’on voit Anne de Bretagne en majesté et bien évidemment le magnifique tombeau de ses parents portant tous les attributs de la souveraineté bretonne.
Les portes en bois de la cathédrale datant du règne de François II.
Les portes en bois de la cathédrale datant du règne de François II.
La visite continuait vers l’emplacement des anciens Carmes , lieu originel du tombeau de ses parents, puis vers des habitats, maisons à pans de bois, vestiges de la Nantes de la fin du XVè siècle. A noter aussi la façade de l’ancienne demeure du Chancelier Pierre Landais, premier ministre de François II, promoteur de l’indépendance bretonne et assassiné par le parti pro-français.
Au final, une visite tout à fait enrichissante que Pascal Cassin a animé de détails de la vie d’Anne de Bretagne et d’une mise en perspective de cette période troublée qui vit l’affrontement armé et diplomatique entre deux visions de la Bretagne, celle d’un pays indépendant et celle d’une Bretagne transformée en province française.

Nous ne pouvons qu’encourager Nantes Tourisme à proposer de façon permanente cette visite "Sur les pas d’Anne de Bretagne" .
Une chose à déplorer: l’absence d’un circuit fléché et commenté (panneaux) à travers Nantes sur le thème de la Bretagne ducale.
Jacques-Yves Le Touze
La façade de l'hôtel de Pierre Landais, Chancelier du Duché.
La façade de l’hôtel de Pierre Landais, Chancelier du Duché.

mardi 7 janvier 2014

France 3: Commémoration : Un Comité pour l’année Anne de Bretagne

Article d’Eric Nedjar
8-DSC01298-2
Le 9 janvier 1514, disparaissait Anne, dernière Duchesse souveraine de Bretagne. Une date anniversaire qui marque le lancement de très nombreuses commémorations organisées dans toute la région et tout au long de l’année et que se propose de mieux coordonner le Comité Anne de Bretagne 2014.

Dans le but de mieux coordonner et promouvoir les nombreux événements qui vont se dérouler tout au long de l’année pour commémorer les 500 ans de la disparition d’Anne de Bretagne, une dizaine d’associations créaient, au printemps dernier, le Comité Anne de Bretagne 2014.
Rencontre avec Jacques-Yves Le Touze, membre du comité.
Votre comité a pu recenser des dizaines d’événements et de projets visant à commémorer les 500 ans de la mort d’Anne de Bretagne. Comment expliquez-vous un tel engouement ?
C’est, en effet, assez positif de constater que la commémoration de la mort de la dernière duchesse souveraine de Bretagne va donner lieu à autant d’événements dans les 5 départements bretons. Anne de Bretagne représente un moment charnière dans l’histoire de la Bretagne, le basculement de l’État breton vers la Province de Bretagne ;consciemment ou inconsciemment , ce moment fondamental est resté dans la mémoire des Bretons à travers le personnage d’Anne de Bretagne, une sorte de personnification d’un moment-clé de l’histoire des Bretons. L’histoire est un des piliers de l’identité bretonne, cet anniversaire ne pouvait passer inaperçu et la multitude d’événements prévus souligne cet intérêt des Bretons pour leur histoire.
Cette commémoration débutera officiellement le 9 janvier, jour de la mort d’Anne de Bretagne, avec le lancement d’un timbre à son effigie. Le comité en est, je crois, l’initiateur ?
C’est en effet sur l’initiative de deux membres-fondateurs du Comité qu’une pétition a été lancée pour que la Poste édite un tel timbre. C’est une magnifique manière de commencer cette Année Anne de Bretagne 2014. Le timbre sera présenté officiellement les 11 et 12 janvier au Château des Ducs de Bretagne à Nantes, mais aussi à Rennes et Quimper.
L’exercice est difficile, j’imagine, mais si vous deviez retenir une manifestation organisée ces prochaines semaines, quelle serait-elle ?
Il est quasi impossible de retenir un seul événement tellement leur diversité est notable.On peut citer par exemple les deux concerts de Nantes et Saint-Malo qui reprendront la musique des funérailles d’Anne de Bretagne, ou encore les expositions de Nantes, Châteaubriant et Rennes autour des funérailles d’Anne de Bretagne, la création d’un oratorio par Roland Becker ou bien encore l’opéra-rock d’Alan Simon, etc, etc.
Pour vous, que représente Anne de Bretagne ?
Comme nous le disions, Anne de Bretagne personnifie un moment charnière dans l’histoire de la Bretagne, le passage d’une Bretagne indépendante vers une Province autonome ; Anne de Bretagne est non seulement la dernière duchesse souveraine de Bretagne, mais reine de France par deux fois, une résistante à l’invasion française, mais aussi la protectrice des arts à la cour de France, celle qui à la mort de Charles VIII, rétablira les institutions bretonnes, mais se remariera avec Louis XII, bref Anne de Bretagne symbolise cette volonté de faire au mieux des intérêts de la Bretagne dans une situation difficile et compliquée après une défaite militaire. En ce sens, Anne de Bretagne garde toute sa modernité dans le cadre d’une Bretagne qui cherche actuellement à retrouver plus d’autonomie.