samedi 18 octobre 2014

1914 - 2014 ou comment continuer à donner des leçons à la Bretagne....

En lisant dans Ouest-France du 17 octobre, le compte-rendu de l'hommage aux poilus bretons rendu par Jean-Yves Le Drian au Mémorial de Sainte Anne d'Auray, j'ai été choqué, véritablement choqué, par un extrait du discours du ministre français de la défense. J'y reviendrai plus loin mais cette indignation qui m'a pris m'incite à écrire ces quelques lignes.

Cette guerre de 14-18 a été un traumatisme pour toute l'Europe, y compris la Bretagne et c'est pour cela que j'ai participé au sein de Santez Anna Gwened à l'organisation chaque année le 11 novembre de l'hommage aux soldats bretons à Sainte-Anne d'Auray sous la forme d'une veillée uniquement en breton mettant en valeur les chants liés de près ou de loin à cette période de notre histoire ainsi que des textes écrits par des poilus . Dès le départ en 2008 si je ne me trompe pas, nous avons toujours mis l'accent sur un hommage épris d'humanité et de paix et chaque année, près d'un millier de personnes participent à cette veillée à la basilique de Sainte-Anne d'Auray. Je vous invite d'ailleurs à participer à la prochaine édition le 11 novembre à partir de 15h.



Par ailleurs, comme dans presque toutes les familles bretonnes, cette guerre a laissé des traces dans ma famille paternelle et maternelle dont un nom inscrit au mémorial de Sainte-Anne et un grand-père qui ayant "fait" Verdun n'a jamais voulu en parler .

Tout ceci pour dire mon intérêt pour cette période charnière pour la Bretagne et les Bretons.

On vous le dit et le redit !

Ça fait plusieurs années que la "dispute" sur le nombre de morts bretons m'intrigue; j'en avais discuté avec Roger Laouénan, auteur d'une série d'ouvrages sur la Bretagne dans la guerre en m'étonnant de l'insistance avec laquelle certains revenaient en permanence sur le chiffre en question, comme si ces "méchants" Bretons racontaient n'importe quoi avec leurs "240 000" morts . A ma connaissance ce chiffre est seulement noté au Mémorial de Sainte-Anne d'Auray et a été mis en avant à l'époque à la fois par l'Etat et l'Eglise pour "souligner l'attachement des Bretons à la France" . A quoi correspond ce chiffre, je n'en sais rien mais il serait intéressant d'y revenir précisément et voir par exemple s'il n'inclue pas morts durant la guerre et morts à la suite de blessures après la guerre. Mais en fait ce qui est étonnant ici, c'est la leçon permanente que nous donnent les spécialistes auto-proclamés de la guerre de 14-18 en nous disant et redisant par presse locale interposée que non, non la Bretagne n'a pas eu plus de morts qu'ailleurs...Ce qui est "amusant" si je peux dire sur un tel sujet, c'est que quelque soit la démonstration, on en arrive malgré tout à la conclusion que la Bretagne a eu plus de morts que la moyenne française... Que l'on m'explique alors cet acharnement à démontrer le contraire .....

Nouveauté dans les leçons que nous sommes sommés d'apprendre, voilà maintenant que l'on nous dit que les poilus bretons parlaient français ( émission sur Tébéo relayée dans Le Télégramme) . En voilà une nouveauté .... Juste pour en revenir à une note personnelle, l'un de "mes" poilus ne parlait que français, et l'autre plus ou moins "gallo" . Bref, tout ceci pour sans doute nous faire comprendre que les Bretons de l'époque étaient aussi français que les autres. Et cerise sur le gâteau, l'on apprend que l'armée elle-même avait mis en place des sortes de "stages" pour diffuser le français. C'est possible mais c'est une fois de plus l'insistance actuelle à mettre en avant ce genre d'anecdote qui est pour le moins curieux.

Conclusion, on vous le dit et le redit, il n'y a aucun problème, les soldats bretons sont aussi français que les autres, pas plus de morts, pas de problème de langue.... Bizarre cette insistance, non ?


Parler breton et mourir pour la France




Vous me direz, tu exagères ! et bien pas du tout car voilà le ministre français de la défense qui nous sert un discours digne de la 3ème république ... C'était donc jeudi 16 octobre au Mémorial de Sainte-Anne d'Auray. Je cite : "Cent ans après, nous nous rassemblons dans le souvenir, solennel de tous les soldats bretons tombés au combat. Combat qui exigea de nos aïeux une force d'âme exceptionnelle. Le souvenir d'une Bretagne qui s'affirma dans la Nation prouvant qu'on pouvait parler breton dans les tranchées et mourir pour la France" ..... Et là, les bras m'en tombent... nous en sommes restés au discours des années 20 où l'on disait, par exemple, que les Bretons étaient deux fois français puisqu'ayant deux fois plus de morts que la moyenne.  Passons sur la "force d'âme exceptionnelle" qui relève de la pure langue de bois..Et arrivons à la dernière phrase ... Donc si je comprends bien le soldat breton brittophone est devenu français en mourant dans les tranchées et la Bretagne par le miracle du massacre de 14-18 est devenue respectablement française.... Je ne sais pas pour vous mais pour moi ce genre de propos sont proprement scandaleux et insupportables. En résumé, c'est comme si on avait dit aux mobilisés bretons "Prouvez que vous êtes français, mourrez pour la France !" . Je vous épargne l'analyse des pourquoi et des comment mais le fait qu'un ministre tienne de nos jours ce genre de propos souligne la persistance du problème que pose la Bretagne à la France . Ceci dit , ça correspond bien à l'ambiance générale où un président de la république charcute les régions sans rien demander aux populations, où un premier ministre nie l'existence d'un peuple alsacien et ose répondre à un conseiller régional breton qui lui parlait de "Nantes, capitale de la Bretagne" ... "vade retros satanas..." ... incroyable mais vrai .... Mais que Jean-Yves Le Drian en soit réduit à proférer ce genre de propos, ça devient tragique.

Pour en revenir au "parler breton et mourir pour la France", juste pour mémoire après la guerre, la pétition signée par de nombreux notables bretons  adressée au président américain Woodrow Wilson portant sur les droits linguistiques etc de la Bretagne est restée lettre morte, l'Etat français a continué son éradication de la langue bretonne, les prémices de la partition du territoire breton ont été engagés, sans parler de l'histoire de la Bretagne toujours pas enseignée si ce n'est pendant quelques années dans l'enseignement catholique, bref ... c'est bien gentil de radoter "parler breton et mourir pour la France" mais dans la réalité , la France n'a strictement rien fait pour reconnaître les spécificités bretonnes, pire elle s'est attachée à les détruire......

Qu'on nous ressorte ce genre d'inepties un siècle après le déclenchement de la première guerre mondiale en dit long non pas sur la Bretagne mais sur l'état de la France..... A croire que les Bretons auraient du suivre l'exemple de Louis-Napoléon Le Roux qui refusa de servir la France en 1914 et se réfugia en Irlande... Pauvre Yann-Ber Kalloc'h qui croyait que le sacrifice des Bretons leur permettrait d'obtenir la reconnaissance de leurs droits ..... Rien de rien .... Peanuts ....



Je passerai sur les incidents qui virent les porteurs de drapeaux bretons entourés de RGs, gendarmes et autres forces de l'ordre pour que les officiels ne voient pas ces étendards séditieux....Ridicule quand tu nous tiens ... d'autant que le bagad des pompiers du Morbihan en avait un bien visible ....


Que les états européens présentent leurs excuses !

Au lieu d'avoir à subir des cérémonies dites patriotiques où l'on raconte les mêmes discours convenus depuis des décennies, il serait grand temps, et pourquoi pas le prochain 11 novembre, que les états européens présentent de façon commune et solidaire leurs excuses à l'ensemble des peuples européens pour les atrocités et le massacre de masse perpétrés en 1914 - 1918 car cette guerre a été initiée uniquement par les états pris dans un engrenage politicien nationaliste délirant . Comme le disait le parlement d'Alsace-Moselle en 1913 ( et oui, l'Alsace-Moselle avait son propre parlement alors, institution supprimée par la France en 1919.... avant que l'Alsace elle-même ne soit rayée d'un trait de plume par M. Hollande en 2014...), comme le disait donc le parlement alsacien en 1913, il est inutile de faire cette guerre , l'Alsace n'en veut pas ..... L'on sait ce qu'il en est advenu.

Que les états présentent leurs excuses aux peuples européens et qu'ils arrêtent de s'auto-justifier dans des commémorations particulièrement déplacées.



2 commentaires:

Anonyme a dit…

Ce que dit Le Drian, me rappelle une version du chant du départ,

La République nous appelle
Sachons vaincre ou sachons périr
Un Français doit vivre pour elle
Pour elle un Breton doit mourir.

Anonyme a dit…

Bravo pour cet article. On ne peut pas continuer à laisser ces politiques raconter n'importe quoi ....