dimanche 7 avril 2019

Quand la Bretagne inspirait les peintres irlandais

Comme indiqué précédemment, la Bretagne a accueilli de très nombreux artistes entre les années 1880 et 1910, dont des Irlandais.

Et l'on retrouve un certain nombre de leurs toiles actuellement à Dublin tant dans des institutions publiques comme la National Gallery ou des collections privées comme celle de l'Hôtel The Merrion.

Je vous propose ici non un recensement exhaustif des peintures d'inspiration bretonne de Dublin mais une promenade à travers quelques exemples. (qualité photographique moyenne, désolé !)

Portrait d'une Bretonne, par Roderic O'Conor, Collection The Merrion


 Roderic O'Connor, originaire de Roscommon, est sans doute le peintre irlandais le plus connu pour son inspiration bretonne. Ami de Paul Gauguin, il vint à Pont-Aven de nombreuses fois entre 1892 et 1904. Pour l'anecdote, c'est grâce à lui que la coiffe de Pont-Aven s'est retrouvé sur un timbre de la poste irlandaise....






A Convent Garden, Brittany, 1913, William Leech, National Gallery of Ireland


 William Leech (1881-1968) , né à Dublin, se passionna pour le port de Concarneau et y épousa d'ailleurs sa première femme, Elisabeth Saurin. Ce tableau représente une novice ( dont sa femme joua le modèle) dans le jardin du couvent et de l'hôpital des Sœurs du Saint-Esprit à Concarneau.
Cette œuvre reflète l'intérêt de William Leech pour la dimension religieuse de la Bretagne. A son retour en Irlande Leech rejoint les cercles artistiques de Dublin où il se lia d'amitié avec Jack Yeats ou encore la Comtesse Markievicz (qui devint l'une des figures du soulèvement de Pâques 1916).

The sunshade, 1913, William Leech, National Gallery of Ireland



Autre toile de William Leech peinte à Concarneau.

The Apple Gathering, 1883, Walter Osborne, Collection National Gallery of Ireland

Walter Osborne, originaire de Rathmine, près de Dublin (1859-1903), après des études artistiques en Irlande et en Flandres, vint travailler à Quimperlé à l'automne 1883 où il réalisa ce célèbre tableau .

The Friends of the Model, 1881, Harry Jones Thaddeus, Collection National Gallery of Ireland
Harry Jones Thaddeus, originaire de Cork ( 1859-1929), fut un portraitiste renommé tant en Irlande qu'en Grande-Bretagne. Ici, il se représente dans le studio qu'il s'est installé dans l'ancienne chapelle de l'hôpital de Concarneau.

The Fisherman's mother, 1892, Helen Mabel Trevor, Collection National Gallery of Ireland

Originaire du County Down, Helen Mabel Trevor ( 1831-1900) vint à plusieurs reprises en Bretagne et notamment à Concarneau entre 1881 et 1898.

Interior of a Church in Brittany, 1879, Aloysius O'Kelly, Collection National Gallery of Ireland.
Né à Dublin, Aloysius O'Kelly (1853-1936) vécut à Concarneau dans les années 1876-1880. Il est aussi connu pour ses travaux sur la situation politique irlandaise de l'époque, son frère étant l'un des amis de Charles Parnell.

The Hôtel Beaumanoir's Portal, Dinan, 1883, Joseph Malachy Kavanagh, Collection National Gallery of Ireland

Originaire de Dublin, Joseph Malachy Kavanagh (1856-1918) vint en Bretagne, sans doute en compagnie de Walter Osborne, et travailla du côté de Quimperlé, Dinan et Pont-Aven.



Et bien évidemment ce tableau de la collection de The Merrion dont j'ai parlé précédemment ici.

Il ne s'agit là que d'une promenade qui m'a permit de découvrir ces œuvres dont certaines très connues. Il est certain que Dublin recèle bien d'autres trésors en lien avec la Bretagne. Le travail de recension reste à faire.

samedi 6 avril 2019

Dublin: une peinture du Faouët encadrée en breton !



"La Bretagne, terre de peintres"..... et chacun de dire que ça fait un peu cliché. Oui et non en fait, tout dépend de la période dont on parle et les années 1880 -1910 ont vu en effet la Bretagne devenir un véritable paradis pour les artistes peintres.

Grâce à cet engouement artistique, la Bretagne se retrouve présente dans la plupart des grands musées d'Europe et d'Amérique du nord.

Dublin, capitale de l'Irlande et à cette époque précise, seconde ville du Royaume-Uni après Londres, ne déroge pas à cette règle et possède de nombreux tableaux en lien avec la Bretagne qu'ils soient exposés dans des lieux publics ou privés.

Je reviendrai prochainement sur ce sujet mais je voudrais dès à présent m'attarder sur le cas d'un tableau en particulier. L’œuvre d'un peintre peu connu, Walter Chetwood Aiken, né en 1866 et disparu en 1899 à l'âge de 33 ans.

Bien qu'il vut le jour à Bristol en Angleterre, sa famille possédait des terres près de Portarlington dans le comté Laois en Irlande. Du fait de sa disparition précoce, peu de choses sont connues à son sujet si ce n'est qu'il étudia à Paris avant de venir en Bretagne dans les années 1890.

Ce tableau, "La Fête de Ste Barbe" (Le Faouët), une de ses peintures bretonnes, fut exposée au Salon de Paris en 1898 et à l'Académie Royale de Londres en 1899, l'année de sa mort. Les œuvres connues de Walter Chetwood Aiken sont très peu nombreuses.

Cette toile combine à la fois une touche impressionniste et une structure complexe. Comme beaucoup d'artistes de cette période, Walter Chetwood Aiken fut attiré par la Bretagne du fait de ses costumes traditionnels et de sa culture singulière comme les pardons.

Particularité rare, son encadrement d'origine est gravé de plusieurs mentions en langue bretonne.



Acheté à une famille du Comté Laois,ce tableau fait désormais partie de la collection privée de l'un des plus beaux hôtels de Dublin, The Merrion. Cette collection est visitable en s'adressant à l'accueil.






Anecdotes irlandaises.....


Dublin, ce jeudi après-midi, direction la prison de Kilmainham (là où furent fusillés les leaders du soulèvement de Pâques 1916). Et nous voilà accueillis par l'un des responsables de l'équipe de guides. (échange en anglais que je résume ici).

Lui: Bienvenue, vous venez d'où ?
Moi: de Bretagne
Lui: Ah ! très bien, un pays celtique mais votre langue a quasiment disparu, non ? Pouvez-vous me dire quelques mots en breton ?
Moi: je lui dit 2/3 phrases en breton et je précise qu'il y a à peu près 200 000 personnes qui parlent breton.
Lui: ah bon ? mais c'est autant que chez nous
Moi: euh.... en Irlande, le gaélique est enseigné dans toutes les écoles
Lui: ah oui et on a une TV en gaélique, la signalétique doit être bilingue mais vous, en Bretagne, vous avez des problèmes avec l'état français, je crois
Moi: on peut dire ça
Lui: on a une grande actrice d'origine bretonne qui est venue visiter Kilmainham, Olwenn Fouéré, vous la connaissez ? Sa famille s'était réfugiée en Irlande .
Moi: oui et son frère a été ambassadeur d'Irlande.
Lui: en tout cas bonne visite et bon courage pour faire vivre la Bretagne.


Eh ben, c'est la première fois qu'un Irlandais lambda me parle comme ça de la Bretagne ....


Dublin ce jeudi soir: quand tu vas à un concert de jazz et que tu te retrouves à chanter « Happy Birthday, Mr President » parce que le président irlandais Michael D Higgins est dans la salle et qu’on embraye sur l’hymne irlandais...